samedi 25 juillet 2015

NIMEGUE: RESGEND Y ETAIT !

Cette année encore, une équipe de Resgend a brillamment participé à la marche militaire internationale de Nimègue, extrêmement éprouvante: soleil de Juillet, distance de CENT SOIXANTE KILOMETRES en quatre jours, avec sac à dos lesté.
Le courage et l'endurance des participants n'ont d'égale que leur prestance militaire visible sur la photo.
Bravissimo à tous !

jeudi 25 juin 2015

DES NOUVELLES FRAICHES POUR LA RESERVE GENDARMERIE...


Ce jour 25 Juin le général de division COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie nationale a bien voulu recevoir le colonel (h) SOBOL Jean-Pierre, président de RESGEND et lui transmettre les importants éléments d'information suivants.

 Nous nous faisons un devoir de les communiquer à l'ensemble  de la réserve de la gendarmerie, adhérents de notre association ou non, RESGEND étant guidée, comme toujours, par le souci de l'intérêt général uniquement.

Nouvelles de la DRG 

 
La DRG (délégation  aux réserves de la gendarmerie) s'est installée dans de nouveaux bureaux, en plus grand nombre.

En effet, dans un souci de recherche d'efficacité, la DRG et le BPRM (bureau des personnels de la réserve militaire) fusionnent. Celui-ci était précédemment rattaché à la chaîne RH (ressources humaines)  au sein de la DPMGN (direction des personnels militaires de la gendarmerie nationale).

Ceci correspond au souci du directeur général: cohérence et efficience.

Un projet de réforme de la formation de la réserve est en cours.

 A terme, la DRG  sera en capacité d'assurer le pilotage :

_  du budget

_  de la formation (en liaison avec le CEG, commandement des écoles de la gendarmerie)

_  de l'emploi

_  de la gestion (ex BPRM). 

 

Ainsi sera assurée la cohérence d'ensemble en même temps que l'unicité d'interlocuteur, tant pour les unités que pour les armées.

 

Protection sociale

La décision a été prise récemment par le directeur général.

En cas d'accident en service, lprise en charge  financière immédiate  du réserviste sera assurée par l'administration centrale qui avancera les fonds jusqu'à indemnisation du personnel qui sera ensuite en mesure de rembourser les sommes reçues.

 

Formation

L'axe de travail de la réforme prévue est que les personnels soient APJA (agents de police judiciaire adjoints) le plus rapidement possible  : réservistes "prêts à l'emploi".

 

Emploi

Dans les groupements sont mis sur pied des PSIR (pelotons de surveillance et d'intervention de réserve) ainsi que des pelotons mis en œuvre dans le cadre (une des préoccupations du directeur général) de la lutte contre les atteintes aux personnes et aux biens (pelotons AAB). Ils sont encadrés par des officiers de réserve (lieutenants, capitaines) qui ont pour interlocuteurs les commandants de compagnie.

Trente départements  identifiés comme "sensibles" mettent ainsi sur pied chaque jour un peloton de 12 réservistes.

 

Budget

L'augmentation est sensible:

36 millions d'euros en 2013

40                             2014

44                        à  l'été 2015.

 

Réserve citoyenne (RO)

Contrairement aux rumeurs, le recrutement n'est aucunement stoppé, mais simplement davantage "ciblé".

 

 

jeudi 18 juin 2015

LE NOUVEAU NUMERO DE "BLEU DEFENSE" EST PARU !

 
La n° 5 de la passionnante revue de l'association RESGEND est paru.
Si vous êtes adhérent et à jour de cotisation, vous le recevrez automatiquement par courrier.
Si n'êtes pas à jour de votre cotisation, à vos chéquiers !
22 € à l'ordre de Resgend à envoyer au 4 avenue de l'Alma,
 94210 la Varenne Saint Hilaire.
Si vous n'êtes pas encore adhérent,  demandez le bulletin d'adhésion
par un e-mail à:  contact@resgend.fr
 
 

lundi 25 mai 2015

"GEND INFO" SPECIAL RESERVES !

Pour lire cet indispensable numéro de "Gend'Info" ayant pour article principal la réserve, copier-coller l'adresse ci-dessous dans la barre de navigation:

http://fr.calameo.com/read/002719292fce242b8263d?authid=JTMupXdxp4pb

Bonne lecture !

samedi 23 mai 2015

MARCHE DE BERNE 2015


C'est durant le week end du 16-17 Mai que l'équipe de polymusclés de RESGEND  (seule équipe militaire française constituée) a effectué la marche internationale de Berne (1780 participants).
Parmi des camarades des armées allemandes, suisses, polonaises, suédoises, danoises, mexicaines, etc...etc... les athlètes de RESGEND ont parcouru les 40 km en portant haut les couleurs de la gendarmerie.
Les courbatures et ampoules furent de la fête, ainsi que les nuits au bunker, avec bunkersalad, bunkercoffee, et autres festivités.
A l'année prochaine, et pour les inscriptions: contact@resgend.fr !

mardi 28 avril 2015

SI VOUS ETES UN "RAIDER"...CECI EST POUR VOUS !

Renseignements et inscriptions:
écrivez à: contact@resgend.fr


jeudi 23 avril 2015

A LIRE EN VACANCES...

Bonjour à tous,
 
Un peu de lecture pour les vacances, liens à insérer dans la barre d'adresses de votre navigateur. 
 
1 - la Revue de la gendarmerie (n° 252)
par le lien internet
 
en version lisible directement
 
 
2 - gend'info d'avril 2015
par le lien internet
 
en version lisible directement


 Bonnes vacances !

lundi 20 avril 2015

DU NOUVEAU EN RESERVE...

C’est à Issy les Moulineaux, siège de la DGGN, que le général de division Alain COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie, a reçu ce vendredi 17 Avril le colonel (h) Jean-Pierre SOBOL, président de RESGEND pour informer les réservistes (adhérents ou non, le souci de l'intérêt général prime) des travaux en cours.

1/Protection sociale
Il a fallu d’abord déterminer avec précision  le problème. L’instruction 5105 détermine les prestations des personnels de réserve. Si ceux-ci sont convoqués et rémunérés, ils ont les mêmes droits que l’active. Le souci est qu’en fonction de leur profession civile, certains sont hyper protégés, d’autres non (indépendants, artisans…). Le problème est donc que le délai de traitement des dossiers par les services compétents  est au minimum de trois à quatre mois. Ceci  a parfois engendré des situations dramatiques.
L’hypothèse de souscription par la D.G. d’un contrat de groupe pour les 25.000 réservistes a été un temps envisagée. Mais l’état étant son propre assureur, cette solution ne semble donc pas  être la plus adaptée, du moins en première approche. De plus, le nombre d'accidents (6 en 2014 avec des  ITT de 2 à 8 jours) est, fort heureusement, réduit. Il en était de même en 2013. 
Il est étudié en ce moment au niveau de la D.G. de trouver un « portage » pour être en mesure d’apporter rapidement un secours sous forme d’une avance de fonds, remboursement au moment où il est effectué par l’organisme.

2/Bénévolat
Il y est apporté une sorte de « coup d’arrêt ».
Actuellement, on pratique la convocation « à titre bénévole ». Ceci est anormal (article 42/11-5 du code de la défense qui définit les activités opérationnelles de la réserve, alors que le 42/11-6 limite le bénévolat aux cérémonies, réunions d’information…).
Une convocation ne peut donc s’entendre qu’avec rémunération  afin que le réserviste sous ESR bénéficie du statut de militaire et, par conséquent, des garanties et couvertures afférentes. Une convocation pour bénévolat ne peut pas exister  car elle expose gravement le réserviste sous ESR qui est considéré comme simple collaborateur bénévole du service public.
Précisons qu’en 2014 dix mille journées ont été convoquées à titre bénévole, soit environ 840.000 euros de non-paiements.
Les activités bénévoles n’étant pas convoquées, ne peuvent plus compter pour notation, avancement, récompenses.
Désormais, tout réserviste convoqué sera payé. Ceci entraînera une « vérité  des prix  »  s'agissant  du coût de la réserve.
Un exemple : les visites médicales sont souvent bénévoles alors qu’un militaire d’active ne passe pas sa visite sur son temps de permission !
Il y aura immanquablement un poids sur les finances.
L’attention du commandement pourra toutefois être appelée sur les mérites de certains bénévoles.

3/ Formation.
Il faut savoir que les effectifs comprennent 70% de jeunes issus du civil via la P.M.G.
Une mise à jour s’avère nécessaire.
Le cursus actuel est :
_tests d’évaluation et psychologique
_P.M.G. (environ deux semaines) organisées par les régions
_signature de l’ESR
_DAR (trois ans maximum pour le préparer et le passer)
_APJA (sans obligation)
Or, le code de procédure pénale précise que la qualité d’APJA, avec prestation de serment, est corollaire de la signature de l’ESR.
Le but de la nouvelle formation  qui fait l'objet d'une réflexion au sein d'un groupe de travail sera de « livrer » un réserviste prêt à être employé.
L’idée est de prendre le programme de la PMSG (5 semaines) et de préparer un « pack » (4 semaines d’affilée ou en deux stages de deux semaines) qui inclurait tout le programme, en y ajoutant un enseignement à distance.
Une phase expérimentale pourra voir le jour en 2016 : une région à quatre semaines, une autre à deux fois deux.
Chacun passera alors par cette formation de base. Les éventuels personnels ayant le potentiel pour devenir officiers seront détectés par les instructeurs et se verront proposer une formation complémentaire. Ces officiers se verront davantage employés dans l’avenir (fonction de  chef de patrouille par exemple)
Les vannes de l’avancement seront plus largement ouvertes pour les plus méritants des PMG. Ceux qui sont actuellement dans le circuit bénéficieront de mesures transitoires.
En conclusion, les personnels seront performants, motivés, considérés et donc fiabilisés.

4/Réserve citoyenne
L’effectif actuel est de 1.300 et ne connaîtra pas d’évolution majeure.
La durée de l’agrément passe de cinq ans à trois.
Sont recherchés de hauts potentiels, capables d’apporter une réelle plus value.
L’animation du réseau est nécessaire.

5/Divers
         _Dans un but de recherche d’efficacité, la délégation aux réserves pourra être amenée à regrouper d’autres structures ayant à connaître des réservistes.
         _Le numéro de « Gend Info » de Mai sera consacré à la réserve, preuve de son intégration à la gendarmerie et de son aspect indispensable à l’accomplissement des missions de l’Arme.


RESGEND remercie respectueusement le général COROIR, de ces éléments d'information qui  retiendront l'attention de l'ensemble de nos camarades.


jeudi 16 avril 2015

ACTIVITES BENEVOLES DES RESERVISTES SOUS ESR.

Nous portons à votre connaissance, le contenu de la note express: N° 27700 GEND/ DRG du 8 avril 2015 (non protégée), en diffusion générale et signée du général de division Alain COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie nationale.
PRIMO
Les réservistes effectuant une mission militaire en vertu d’un contrat d’engagement à servir dans la réserve opérationnelle (ESR) ou à titre de la disponibilité, ne peuvent l’exercer sous le régime du bénévolat.
La pratique de la convocation non rémunérée ou « activité bénévole » des réservistes ayant souscrit un contrat ESR afin d’augmenter le volume d’activité opérationnelle des unités tout en économisant les crédits jours alloués aux réserves est en effet non conforme aux textes en vigueur.
SECUNDO
L’article 4211-5 du code de la défense confère aux réservistes convoqués en vertu de leur contrat ESR, la qualité de militaire.
Ils bénéficient en conséquence , des mêmes droits que les personnels de l’armée d’active.
  • Des soins délivrés par le service de santé des armées;
  • Du code des pensions militaires d’invalidité, pour tout dommage subi à l’occasion du service;
  • De la rémunération afférente à leur grade et à leur activité effective.
TERTIO
La position juridique des réservistes qui participent à titre bénévole à des activités militaires est définie à l’article 4211-6 du code de la défense, aux termes duquel: « En dehors des activités de service mentionnées à l’article 4211-5, tout réserviste ou ancien réserviste qui a obtenu l’honorariat peut être admis à participer bénévolement à des activités définies ou agréées par l’autorité militaire, parmi lesquelles figurent des actions destinées à renforcer le lien entre la nation et son armée. Il est alors collaborateur bénévole du service public. Il est soumis à l’obligation d’obéissance hiérarchique et de discrétion pour tout ce qui concerne les faits et informations dont il a connaissance au titre de ces activités.
Des lors il convient de rappeler que les réservistes sous contrat ESR, peuvent prendre part notamment à des conférences, cérémonies et compétitions sportives, indépendamment  des activités prévues dans le cadre de leur contrat.
QUARTO
Au regard des conséquences juridiques qu’implique la participation des réservistes à des activités opérationnelles:
  • Les gestionnaires n’établiront plus de convocation à titre bénévole et le logiciel Agorh@ sera modifié en conséquence;
  • Les activités bénévoles pour tout dossier relatif à la notation, l’avancement et la chancellerie ne seront plus prises en compte.
QUINTO
La présente note express prend effet à compter du 15 avril 2015

Textes de références:
  • Article L4211-5 et L4211-6 du Code de la Défense
  • lettre N° 230297/DEF/SGA/DRH-MD du 13 mai 2013(ND)
  • Note express: N° 27700 GEND/ DRG du 8 avril 2015

FAIRE VIVRE LA MEMOIRE DE LA GENDARMERIE...

Chers tous,
La gendarmerie, arme multiséculaire, vit également par sa mémoire, celle des événements dont elle est le cadre au fil du temps.
Si vous-même, ou un membre de votre famille, ou un ami, détenez des souvenirs de tels événements du passé, ne laissez pas mourir cette mémoire dont la gendarmerie a besoin pour vivifier ses racines en permanence.
Envoyez nous un mail à :
contact@resgend.fr                   et nous transmettrons au service historique.

Merci d'avance !

RESGEND.


jeudi 2 avril 2015

GEND INFO DE MARS 2015

Bonjour à tous,
Pour découvrir le "Gend Info" de Mars, copier-coller le lien ci dessous dans la barre d'adresses de votre navigateur internet !

http://www.calameo.com/read/002719292e5cc9f784bc0

dimanche 29 mars 2015

27 MARS: RESGEND AU RAVIVAGE DE LA FLAMME.

A l'occasion de la JNR (journée nationale de la réserve) a été organisée une cérémonie du ravivage de la flamme au tombeau du Soldat inconnu


 sous l'arc de triomphe à Paris.
RESGEND y était représentée par les colonels (h) SOBOL, président, LEBLANC, président d'honneur, le chef d'escadron (ro) CHEVALIER et le major (ro) BRASSEUR, dont le mérite était le plus grand, car ayant fait le voyage depuis Rouen pour être présent. Rappelons que le major est "leader" de l'équipe RESGEND à la marche de Nimègue (Hollande) et co-organisateur du rallye des réserves de Brotonne.
Parmi les autorités présentes on reconnaissait le général COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie, et le général BECKRICH, secrétaire général du C.S.R.M. (conseil supérieur de la réserve militaire).
Outre des réservistes (opérationnels et citoyens) des quatre armées (terre, air, mer, gendarmerie) étaient présents de nombreux jeunes scolaires de plusieurs lycées, collèges, écoles. Il est réconfortant de voir que la graine du souvenir des sacrifices des Anciens est ainsi semée.
Après une remontée du haut des Champs Elysées en formation des personnels en uniforme, la cérémonie se poursuivait au son des accents de la musique militaire présente.
Le temps clément de cette fin d'après-midi facilitait le recueillement, mais le froid survenait au déclin de l'ensoleillement le soir et la dislocation fut la bienvenue.
Après la photo souvenir des présents pour illustrer ce compte rendu,

 chacun retourna se consacrer à ce début de week end, content d'avoir montré la présence de la gendarmerie (et de RESGEND) à cette belle manifestation.

A propos de photo souvenir, nous ne nous étendrons pas sur celles prises par les touristes, surpris de voir tant d'uniformes français variés en haut des Champs élysées !

Monsieur le Secrétaire d'état serrant la main du président de RESGEND
 (photo: ADC ®David UDOVC 124/1)


samedi 21 mars 2015

MARCHE DE BERNE

Vous êtes en bonne forme physique ?
Vous souhaitez vivre (ou revivre) une vie de soldat durant 2 jours ?
RESGEND vous propose de participer à la marche internationale de Berne organisée par l'armée suisse  mi-Mai.
20 km par jour sur deux jours, hébergement en bunker...une expérience !
Renseignements et inscriptions: envoyer un courriel à
contact@resgend.fr

dimanche 16 novembre 2014

BLOG RESGEND: LE RETOUR.

Chers habitués du blog de RESGEND,
Il n'a point échappé à votre regard acéré que ce blog est bien somnolent depuis Janvier 2014.
Le moment est donc venu de le réveiller.
C'est fait, voici les dernières nouvelles.

Cette semaine (mars 2015):

_Présentation de RESGEND le 18 03 au nouveau président du "Trèfle", le général BUCHEIT
_    "                      "             20 03  à l'adjoint du délégué aux réserves, le COL. DEUDON
_    "                      "              "   "    au secrétaire général du Conseil de la fonction militaire gendarmerie,le  COL.ARVISET

Vie de la réserve gendarmerie:
1/Abondement du bdget: 8 M euros, dans la cadre de la lutte anti-terroriste
2/Carte professionnelle pour les ESR: printemps 2016
3/Séances de tir doublées: 2x30 cartouches au lieu de 1x30.
4/Chantiers en cours en interne: protection sociale + formation.
5/Numéro de Gend'info de Mai: centré sur la réserve.


COL.(h) Jean-Pierre SOBOL
Président.
contact@resgend.fr

vendredi 31 janvier 2014

SEMINAIRE 2014 DES RESERVES GENDARMERIE


COMPTE RENDU DU SEMINAIRE NATIONAL

DE LA RESERVE OPERATIONNELLE DE LA GENDARMERIE DU 29 01 2014 .

Préambule :

Le lecteur voudra bien excuser le style « décousu » de ce compte rendu,  inévitable puisque résultant de notes prises « à la volée » lors des nombreux exposés qui se sont succédés durant cette journée. Il a paru nécessaire de privilégier le « fond » par rapport à la « forme », l’essentiel étant de délivrer au plus tôt à la communauté des réservistes de la gendarmerie les messages et informations du commandement.

Colonel (h) Jean-Pierre SOBOL.
Président de RESGEND, rédacteur du présent compte rendu.

INTRODUCTION : GENERAL DANEDE, DELEGUE AUX RESERVES, ET  COLONEL BAROU, ADJOINT

La réserve est une composante essentielle de la gendarmerie, malgré les problèmes budgétaires. Il faut en travailler la qualité.

Nous sommes « au taquet » au niveau financier. 

Les trois quarts de l’activité de la réserve sont opérationnels.

Le coût moyen journalier est de 81 euros, on ne parvient pas à le diminuer. Il faut employer le personnel adapté à la mission.

L’avancement est arrêté sur le plan national, mais étudié au plan régional.

Le budget 2013 a été de 17,4 jours par ESR.

Pour avoir 1500 hommes par jour sur le terrain et 3à 4000 en été, il faut disposer de 25000 ESR.

L’objectif 2014 est donc logiquement de 25000 ESR, avec une moyenne de 16 jours d’activité.

Le seuil de « rentabilité » est pourtant de 20 jours, le maximum étant de 28 jours.

Le minimum envisagé pour 2014 est de 15,5 jours, limite.

Les personnels les moins employés sont les aspirants (9,1 j en 2013). Il en « sort » 10 à 17 chaque année.

Concernant les emplois des autres personnels :

_Majors : 22,9

_Adj-chefs : 18,9

_Adj. : 20,3

_Gnd : 12,7

_Mdr : 14,4

_Col : 16,6

_LCL : 17,6

_CEN : 14

_CNE : 12,1

_LTN : 15,2

_SLT : 13

_MDLC : 17.

AVANCEES EN 2013

_Le système « Minotaur » a été mis en œuvre en janvier 2013. C’est un outil pour une gestion modernisée et performante. La gendarmerie est la seule FA (force armée) à en disposer.

Il est directement lié à la base des personnels « Agorha ». Cependant il y a encore trop de départements « timides » quand au lancement.

_Les tests psychologiques : jusqu’ici la sélection s’opérait par les recruteurs, sans les outils des autres recrutements. La mise en œuvre des tests »psy » a été progressive en 2013. C’est un progrès majeur. Il y a environ 15% de candidats « mis de côté ». Ceci représente des gains d’efficacité et des économies de formation. Cela donne également une indication sur le niveau général et le potentiel des personnels.

_l’EAD (enseignement à distance) pour l’APJA : on ouvre la voie à  une gestion plus modernisée. Ceci a déjà été expérimenté. Quelques ajustements restent à opérer. C’est une avancée qu’il va falloir confirmer en 2014.

DIRECTIVES 2014

Le budget sera le plus faible historiquement : RCS 31,5 M€, fonctionnement 5,04 M€.

Les effectifs seront stabilisés à 25000, le recrutement limité à 1500 PMG (3500 en 2012, 1900 en 2013).

Les tests « psy » seront généralisés.

La prime PMG (12j-720 €) sera maintenue.

La fidélisation s’améliore : 2 ans et 6 mois en 2011, 4 ans et 2 mois en 2013.

Ces réservistes sont la territorialité, les « racines » de la gendarmerie.

Il faut aller chercher les « bons » réservistes, des gens du terrain, solides, qui durent.

Les jeunes officiers de réserve sont des gens de qualité. Ils ne sont pas assez suivis. Il faut leur donner un « tuteur ». C’est le rôle des conseillers-réserve. Le rôle de ces derniers est important.

Il faut savoir que 25% des gens qui entrent en ESOG sont issus de la réserve opérationnelle.

La gestion individuelle concernant les réservistes est plus qu’importante.

_Formation : mise en place généralisée de l’EAD pour l’APJA, développement d’un module DAR par EAD.

-Administration : utilisation généralisée de Minotaur qui est évolutif et en prise directe avec Agorha.

_Emploi : ZSP (il en existe 18), ZAS (en 2013 : 60.000 j, la réserve y est de plus en plus importante), tour de France, élections, cambriolages… sont les priorités opérationnelles essentielles.

 

EXPOSE DU GENERAL TAVEL, DE LA SOUS DIRECTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE

Le contexte général budgétaire est extrêmement contraignant. Le budget de la réserve opérationnelle a reculé de 25% en 2 ans. On va essayer de se tenir à 35 M€, voire de remonter à 40. Ce budget n’est pas considéré comme une dépense « obligatoire », budgétairement parlant. Il peut être considéré comme une variable d’ajustement.

Cette période de forte contrainte va durer.

On pilote des « autorisations d’engagement » (AE). Certaines régions sont à 103%, d’autres à 80%. Chacun doit arriver à 100%. Ceux qui atteignent 95% perdent 5%.

Compte tenu des délais administratifs entre le service fait et son paiement (CP, crédit de paiement), et du calendrier budgétaire, tous les services faits en année « N » ne sont pas payés en N, mais en

N+1.

Le paiement réalisé en N inclut donc les services faits en N-1 qui n’ont pu être payés en N-1 et les services faits en N qui peuvent être payés en  N. Dès lors le montant payé en N (CP) peut être

Supérieur aux AE.

Le pilotage ne se fait qu’au niveau des AE, sauf à l’échelon central (DGGN).

Exemple en 2013 : 36 M d’AE, 41 M de CP.

Il faut considérer 100% des crédits notifiés en AE du 1er janvier au 31 Décembre.

EXPOSE DU BUREAU DES PERSONNELS DE LA RESERVE MILITAIRE

La prime des PMG a permis de relancer le recrutement.

_Point de situation sur les dossiers RH : le passage de la visite médicale tous les deux ans (depuis le 01/01/2013) a permis d’économiser 25000 jours - réserve, soit environ 600 par région.

Le ministère de l’ Intérieur peut nommer des réservistes « spécialistes ».

Arrivée et intégration des tests « psy ».

Perspectives pour 2014 :

_Protection sociale et soutien santé des candidats PMIPDN

_Suppression de l’homologation des ESR par les commissaires-résidents

_SPR(service des personnels de réserve) au sein des régions :

                Recentrage sur la fonction de gestion RH

                Instauration d’une culture « RH réserve ».

Tableau d’avancement des officiers de réserve (exposé du BPRM, section PO)

L’avancement des sous-officiers à officiers doit être exceptionnel. En 2013, 6, en 2012, 5.

Pour les capitaines, l’effet « Pagre » se fait sentir. Ils signent un ESR, ce qui bloque les lieutenants. Il faut bien étudier avant de faire signer un ESR à un capitaine. L’ESR ne doit pas être automatique.

JDC : elle permet d’aller à la rencontre des jeunes. Il ne faut pas perdre de vue cette mission. La participation de la gendarmerie a été maintenue au niveau des années précédentes. Heureusement le taux d’absentéisme des intervenants de la gendarmerie est  le plus faible (1,83 %).

La JDC est un investissement pour la gendarmerie (10000 j). Nous sommes le plus gros contributeur (27%). L’horizon 2016 est de 800 000 jeunes. Le message « Défense » est capital. Les armées ont un gros problème de fidélisation des EVAT (2ans 6 mois, tendance à la baisse vers 2 ans). On n’hésite plus à parler de recrutement. On recentre sur le volet « Défense ». Les programmes et supports vidéos ont été recentrés sur la gendarmerie. Le but est de permettre aux jeunes de s’y « projeter ». On en a un retour d’environ 20%, qui doit être amélioré en qualité et quantité.

La RC (réserve citoyenne) se développe : 1280 personnels. Elle inclut un contingent issu du monde politique. Le DG ne souhaite pas voir ce contingent augmenter. Il faut des candidats issus du monde « civil » : industriels, etc.

Concernant une élection, un réserviste opérationnel n’a pas le droit de faire état de sa qualité, mais pour la RC il existe un vide juridique actuel, et un personnel a mis en avant cette qualité pour une élection.

Il doit exister un SPR distinctif, rattaché au commandant en second de la région, ou à l’état-major.

Le positionnement sera décidé par le commandant de région, qui s’efforcera de fédérer les énergies.

Pour les tests « psy », tout gendarme qui a quitté le service actif depuis plus d’un an et qui veut entrer en réserve doit repasser les tests (sachant que la majorité revient au bout de trois mois environ).

La RC est pilotée par les commandants de région. Elle est plus ou moins bien animée. Il faut s’en occuper. Cela permet d’avoir de suite une « ouverture territoriale ». Les personnels doivent être sélectionnés et « acculturés ».

ASSOCIATIONS

Le général de division Danède,  délégué aux réserves gendarmerie précise qu’il existe deux associations reconnues : RESGEND et Anorgend. Il faut envoyer les gens vers ces structures existantes et éviter de créer de nouvelles associations.

EVALUATION « PSY » DES CANDIDATS RESERVE OPERATIONNELLE

L’idée a été émise en 2007, c’est en place depuis le 17/05/2013. Ces tests sont identiques à ceux des GAV. Le taux d’ajournement en métropole est de 13%. Ceci évite les erreurs de « casting ». Avec 1300 à 1500 hommes/jour sur le terrain, ce n’est pas neutre.

Le délai de traitement du dossier est de 4 semaines, ce qui est raisonnable.

4 principes : équité, professionnalisme, sécurisation, cohérence.

3 tests, en fait :

-EAP1 : dessiner les personnalités (réservé, très réservé, présence de troubles…)

_CG5 : niveau général

-EAP6 : capacité de raisonnement.

Le 1er est rédhibitoire.

Les résultats ultramarins sont plus faibles qu’en métropole.

Evolutions réalisés : les dossiers ont été allégés, il n’existe aucune démarche contentieuse, les résultats des tests sont confidentiels.

Evolutions envisagées : Pour les 60-70 candidats PMSG annuels : des tests plus « musclés » (rajouter EAP2 et 3) pour évaluer l’intelligence et l’aptitude à un poste d’encadrement.

Problématique outre mer : 38% d’ajournement. Ceci doit être pris en compte pour le recrutement. Il faut aller chercher le candidat intéressant mais qui, par ignorance ou par culture, n’ira pas se présenter spontanément à une brigade.

Sport : l’épreuve de 3000m pour les GAV APJA ne sera pas prévue pour les réservistes ni pour les GAV EP.

VISITE D’APTITUDE

-valide une aptitude reconnue par le service de santé des armées.

_La visite PMIPDN est une visite d’expertise.

_Le SIGYCOP est identique PMIPDN et réserviste

_Une visite coûte 150-200 € (équivalent civil), non justifiable pour un civil (PM), justifiable pour un RO.

_L’élève PM n’est pas pris en compte par la CNMSS

_Le certificat médical 620/4-1 donne une fausse impression de prise en compte par la S.S. !

_Candidatures PMG :

                -Besoin important en nombre

                _Nécessité d’une meilleure sélection

                _Nécessité d’un meilleur ratio PMG-ESR

L’objectif est de séparer la visite PM de la visite RO

Pour un candidat PM qui sera candidat RO :visite dépistage « toxique » après 1 mois

Le 1er certificat à l’entrée de la PM attestera :

                Peut faire du sport

                Apte vie en collectivité

                Est à jour de ses vaccinations.

2e certificat : le 620/4-1

MISE EN ŒUVRE EAD-APJA

Principe : les réservistes peuvent travailler au profit des réservistes.

LL’EAD représente une solution pratique pour remédier au problème du regroupement pour l’instruction des RO  pour l’instruction et permet de réaliser des économies : 4500 j réaffectés à l’opérationnel.

L’expérimentation a été réalisée en région Poitou-Charentes.

L’instruction APJA est une prérogative du commandant de région.

Il  y a deux tuteurs : un « problèmes d’administration », un « problèmes de formation ».

Deux axes directeurs : améliorer la qualité de l’apprentissage, réduire les coûts de formation.

On ne parle plus « élèves », mais « apprenants ». Non plus « professeurs », mais « tuteurs » (gestion ou matière).

Les cours sont : police administrative, police judiciaire, sécurité routière.

Il a fallu créer une plate-forme « gend.form.rés » incluant un forum et une messagerie.

Est fourni le savoir, non le savoir-faire…

C’est une réalisation du centre de production multimédia de la gendarmerie à Limoges.

L’accès se fait par « Minotaur ».

Les résultats de l’apprenant « remontent » vers la plateforme.

Les modules sont mis à jour en fonction de besoins et des nécessités. Ils sont sanctionnés par des quizz.

C’est au même niveau que l’active. Il est préférable que le tuteur soit volontaire.

MINOTAUR-AGORHA

Objectifs :

                _Mettre en œuvre d’un site internet dédié à la réserve

_Améliorer l’efficience du dispositif existant (uniformité recherchée)

_Alléger et simplifier les méthodes de gestion

_Renforcer la capacité opérationnelle du commandement

_Respecter les délais de développement de l’outil

_Valoriser les RH et le travail du gestionnaire

Le challenge était de faire adhérer au projet l’ensemble des réservistes.

Cadencement :

                06/2013 : ouverture du site  (1er périmètre)

                11/2013 : formation des gestionnaires

                12/2013 : mise en production des sites additionnels

Ce projet a nécessité jusqu’à 40 personnes pour sa réalisation.

Fonctionnalités déployées :

                _Accès au site par tout (et tous) ESR

                _Consultation, contrôle, modification de données

_Contact permanent avec le gestionnaire

_Gestion des disponibilités

_Informations directes sur les convocations prévisionnelles

_    «                        «       sur les activités prévisionnelles publiées

_  «                    permanente sur conditions d’emploi et TMC (tir, médical, contraintes)

_Téléchargement de documents, voire de relevés (amélioration récente)

_Accès aux informations mises en ligne

_      «    aux sites de formation : « gend .form.réserves » (en cours)

_      «    grand public.

Evolutions prévues 2014 :

                Accès grand public :

                               _Informations générales, extraites du site SIRPA

                               _Foire aux questions

                               _Assistance technique

                               _Formulaire de contact

                               _Informations légales

Accès Réserves :

Authentification

Récapitulatif des données personnelles sur Agorha (non modifiables)

            «            «          «        administratives

            «           des coordonnées postales et de contact (modifiables)

           «            habilitations

Activités opérationnelles

                               « Mes disponibilités » avec rappel du TMC en haut à G et des points de couleur

                               Programmées, passées, convocations… on peut sauvegarder, rajouter…

                               Vision de la sauvegarde des disponibilités

                               Vision des missions

                               Vision des convocations avec les dates

                               Gestion des demandes

                               Informations nationales, régionales, locales

                               Foire aux questions, assistance, contact gestionnaire.

ALLOCUTION DU MAJOR GENERAL

En introduction, le général Danède présente les représentants des deux associations invitées, RESGEND en premier.

Le major général  transmet les remerciements du Directeur général pour le fonctionnement de la réserve, partie intégrante et indispensable de la gendarmerie.

Il rappelle que le réserviste ne vient pas « par hasard », il n’est pas « en plus », il vient apporter ses compétences et fait partie du « spectre missionnel » de la gendarmerie.

Les contraintes budgétaires ont nécessité un travail d’optimisation  qui a permis d’effectuer 400.000 jours en 2013. Il faut maintenir à la fois le « socle » et le flux d’engagements (1800 jeunes en 2013).

La réserve est aussi un partenaire de la « feuille de route », car elle contribue à la totalité des missions. Les avis, compétences, expériences, idées, seront écoutés.

200 mesures concrètes ont déjà été mises en place.

Il faut simplifier les process, valoriser l’humain, favoriser l’opérationnel.

Minotaur est une nouvelle avancée, cet outil de qualité est une exclusivité de la gendarmerie.

Les risques psycho-sociaux sont une préoccupation. Il faut être à l’écoute pour déceler les faiblesses potentielles.

 

Un module DAR par EAD sera prévu en 2014.

Le concept de réserve GM-GD est dépassé. Il doit évoluer vers peut-être  une réserve « territoriale ».

C’est une piste de réflexion. Ce projet sera étudié en 2014.

L’ensemble des réservistes est soumis au code de déontologie.

Les perspectives budgétaires 2014 semblent analogues à celles de 2013.

Un abondement de 1 M€ arrivera dans les prochains jours.

Nous souhaitons conserver un « socle » d’activités réserves.

Le nombre de personnels faisant 60 j / an sera très réduit. Les emplois « exotiques » ont vocation à diminuer ou disparaître. L’intégralité des crédits doit être utilisée au profit de la gendarmerie.

Un service unique « approvisionnement-matériel » a été créé pour la gendarmerie et la police.

A l’été 2014 sera généralisée la réforme région non-zonale / groupement. Ceci améliore laz lisibilité de la gendarmerie en externe.

A été créée la sous-direction de l’anticipation opérationnelle, qui permettra (entre autres) de dynamiser la fonction « renseignement ».

La nouvelle DGSI (direction générale de la sécurité intérieure) va intégrer davantage de gendarmes que la DCRI.

Les multiples évolutions doivent permettre à la gendarmerie de prendre des responsabilités, de progresser. La gendarmerie est reconnue. L’objectif n’est ni hégémonie, ni soumission, mais que la gendarmerie occupe sa place, TOUTE sa place.

Les unités spécialisées devront être en nombre et à l’emplacement adaptés aux besoins.

Les unités dont l’utilité n’est pas parfaitement pertinente verront leur avenir étudié au cas par cas.

La réserve est un outil qui fonctionne très bien, qu’il ne faut pas démonter. Nous sommes arrivés à un plancher, qu’il ne faut pas réduire.

Il faut rechercher des financements innovants (ex : SNCF, EDF pour des surveillances…).

Le choix est de maintenir, développer, renforcer la réserve.